Apprendre de l’adversité

Par Frédéric Malbois | Le 3 Avr 2019 | Blog |

Dans ma vie, l’apprentissage est le mot-clé.

Dans mon travail, le challenge me stimule et la routine ne traverse pas ma route. A chaque obstacle, difficulté ou chaîne de montagnes enneigées à franchir je me dis « Qu’est-ce que cette situation est en train de m’apprendre ?» ou « Quelle chance ! Une opportunité de progresser dans mon chemin de vie ! »

Sans rechercher le conflit pour le conflit (certaines personnes se construisent dans l’adversité ; je préfère la paix à la guerre), quand une partie d’une équipe ou une individualité entre en résistance, c’est l’occasion de s’interroger sur « Qu’est-ce qui résonne en moi ? Qu’est-ce que ce comportement, cette triste mine vient toucher dans mon corps ? Est-ce dans mon ventre, mon cœur, ma tête que je ressens une contraction ? »

Traverser l’émotion

La première étape, on ne peut en faire l’économie, est de se laisser traverser par l’émotion (colère, tristesse, peur) : la ressentir au plus profond, sans poser de jugement « je suis un incapable, je n’ai pas réussi à gérer la situation, etc. ».  Exprimer et ressentir. Crier, faire du son, mettre son corps en mouvement jusqu’à le fatiguer, l’épuiser (course, danse, boxe etc.) est une méthode. Se détendre, méditer, respirer en conscience, pleurer, en est une autre.  A chacun d’expérimenter son chemin. Pour ma part, je privilégie la marche dans la nature, ou/et la respiration avec les outils de la Transformational Breath® jusqu’à atteindre un seuil d’apaisement émotionnel – ça peut demander du temps, il peut être bon d’être accompagné.

            Le Travail de Byron Katie® avec ses quatre questions et ses retournements est aussi un bon moyen de prendre du recul quand un jugement empoisonne l’esprit.

            Quand je suis à cette étape, de paix dans mon cœur, les mots à restituer m’apparaissent clairement. Il m’est alors possible de dire, au groupe ou à la personne stimulante,  ma parole sans porter de jugement ou d’accusation sur l’autre.

Une fois que j’ai ressenti une légèreté intérieure, le plaisir d’avoir pu dire, même parfois un sentiment de joie, il importe de se féliciter, de fêter, d’inscrire (d’écrire) le moment comme une victoire sur son chemin de vie. Avant le prochain éveil.

L’apprentissage est sans limite.

Traverser ses résistances et trouver sa voie de progression.