Comment stimuler son équipe ?

Par Frédéric Malbois | Le 16 Mar 2019 | Blog |

Comment stimuler, motiver des membres de son équipe qui, en général ne pipent mot, mais dont les corps et les grises mines vous renvoient comme information : pas envie d’être là !

Dans mes formations, j’utilise quatre principaux leviers d’évolution.

Le premier levier, qui peut paraître évident, est de travailler sur sa posture de leader. Etre soi-même stimulant. Un rituel, composé d’exercices d’accordage somato-psychique, de respiration et de méditation, me permet de m’ajuster, d’être au centre de l’alignement de mes trois centres énergétiques : tête-cœur-ventre. A ces accordages, j’ajoute mon intention pour la journée : un mixte entre le challenge et le lâcher-prise, l’ouverture d’esprit à ce qui sera.

Quelque soit l’énergie des participants, de l’équipe je suis mon propre stimulant.

Le deuxième levier est la reconnaissance du groupe et des individualités qui le compose. Ecouter avec bienveillance et sans jugement, mêmes les récriminations. Les choses dites, entendues et partagées par tous, il devient plus facile dans un second temps de revenir à la co/construction d’un espace commun : « Qu’est-ce qui nous relie ? Unie notre équipe ? »

Et si…

Un troisième levier est la notion d’apprentissage « Et si… j’apprenais quelque chose ? Et si, je prenais le risque d’apprendre quelque chose de différent de ce que je pense, qu’est-ce qui se passerait ? » Ouvrir les œillères que nous possédons tous face à l’inconnu, la nouveauté. Pour aider à lâcher les représentations mentales, j’entreprends des jeux : l’apparent                     « divertissement, amusement » permet de remettre du mouvement, de la vie dans une situation figée. De s’ouvrir à l’apprentissage autrement que par la voie cognitive.

Un quatrième levier est de favoriser l’autonomie, la prise d’initiative de chacun : je crois fondamentalement que les clés d’évolution sont en chacun d’entre nous ; à la personne en charge du leadership  d’en prendre conscience et d’aider à l’émergence de l’initiative individuelle au service du groupe. Si je garde en mémoire la colonne vertébrale de mon intervention,  je privilégie l’instant présent, le gain de l’imprévu comme par exemple la proposition d’exercice par un stagiaire.  Je suis friand d’apprendre quelque chose de nouveau et cette séquence qui émane du groupe a pour vertu de nouer du lien entre chaque participant : sans passer par le formateur, donc gain d’autonomie !

Cerise sur le gâteau, si l’exercice est concluant, je peux le réutiliser pour d’autres formations. Pourquoi se priver des ressources d’autrui ?  Question que tout manager est en droit de se poser.

team building leadership

Gardez le cap, ensemble !